• Le lycaon (Lycaon pictus) est un canidé vivant en Afrique qui est fort menacé, il n'en resterait qu'environ 3000 indivudus sauvages sur le continent africains. Comme d'autres canidés, le lycaon vit en meute ou groupe familiaux ce qui lui permet de survivre dans la savane africaine.

    Le lycaons

     

    Physique

    Le lycaonIl fait parti des grands canidés comme le loup gris en terme de taille au garrot (environ 70-80 cm), mais il est beaucoup plus léger : il tourne autour des 25kg quand le loup varie entre 30 et 60 kg. En longueur, il peut faire entre 60 et 100 cm de longs sans la queue qui en fait elle 30-40 cm.

    Il est avant tout reconnaissable à ses tâches brunes sables et blanches qui sont différentes d'un individu à l'autre ce qui permet de les reconnâitre de l'extérieur mais également entre eux.

    On le reconnait aussi à ses oreilles rondes et grandes qui sont pleines de poils pour empêcher les insectes ou les parasites de s'y glisser. Ces dernières servent aussi de régulateur thermique.

     

    Alimentation

    Le lycaonLes lycaons sont comme tous les canidés des carnivores. Il chasse surtout des antilopes comme les impalas ou les gazelles de Thompson mais se tournent parfois vers d'autre ongulés comme les gnous ou les zèbres.

    Comme les lycaons sont des animaux grégaires, ils n'hésitent pas à s'attaquer à des proies bien plus grandes qu'eux comme les élans du Cap ou les koudous. 

    La technique de chasse de ces prédateurs est bien rodée avec un taux de réussite important. En effet la meute cible une proie qu'elle va poursuivre inlassablement à raisons de 2-3 individus à la fois pour maintenir la pression sur la proie qui finira par mourir d'épuisement à force de courir pour tenter de fuir; ce qu'elle ne pourra faire car les lycaons sont très endurants à la course n'étant pas des sprinteurs.

     

    Distribution et habitat

    Le lycaonLes lycaons vivent uniquement en Afrique le plus souvent dans les plaines et plateaux de savanes de l'Afrique subsaharienne. Il n'est cependant pas impossible de les croiser dans le sud du désert du Sahara ou dans les forêts au pied du Kilimandjaro. 

    Le chien sauvage d'Afrique aime passer énormément de temps dans l'eau et la beau ce qui lui permet de lutter contre la chaleur mais aussi contre les parasites.

     

    Statut de protection

    Le lycaonIl est actuellement classé "en danger" ce qui correspond au 3ème degré avant l'extinction totale. Ce classement est du à la chute de sa population qui est passée de plusieurs centaines de milliers à moins de 3 000 actuellement. Ce qui en fait un des canidés les plus menacés.

    Les dangers qui menacent l'espèce sont nombreux entre l'homme qui le chasse car il l'accuse soit de répandre des maladies soit de chasser et tuer le bétail. L'homme est aussi responsable de la perte de son habitat qui augmente les problèmes de consanguinité. Les lycaons sont aussi sensibles au maladies infectieuses comme la maladie de carré très connu chez les chiens.

     

    Où le voir ?

    Le lycaonBelgique : Zoo de Bouillon

    France : Zoo d'Amnéville, Zoo de Pont-Scorff, Zooparc de Beauval, Natur'Zoo de Mervent, CERZA, PAL, Parc animalier d'Auvergne, Domaine des Fauves, Safariparc de Peaugres, Zoo de la Palmyre, Zoo de la Teste, Zoo de Montpellier

    Pays-Bas : GaiaZOO, Safaripark Beekse Bergen, ZooParc Overloon, Natura Artis Magistra.

    Royaume-Uni et Irlande : Zoo de Londres, Zoo de Chester, Zoo de Dublin, Zoo d'Edinburgh, etc.

    Allemagne : Zoo de Berlin, Zoo de Rostock, Zoo de Francfort, Zoo de Duisburg.


    votre commentaire
  •  

    Il s’agit de la première zone visible par les visiteurs qui entrent dans le GaiaZOO. Cette zone ne porte pas forcément bien son nom car la majorité des animaux  ne vivent pas  dans ce biome. Cette zone est en fait surtout consacrée à la faune tempérée et montagneuse de l’Hémisphère Nord. C’est aussi dans cette zone qu’il y a eu le plus de nouveauté ces dernières années comme l’arrivée des Pandas roux ou la volière de contact européenne pour l’année 2016 ainsi que l’arrivée des Macaques de Barbarie et le déménagement des lynx en cette année 2017.

    C’est d’ailleurs justement par les macaques de Barbarie que commence la visite de la zone. Ils sont arrivés à la fin du printemps 2017 dans ce qui était l’ancien enclos des lynx La taille de ce dernier a été considérablement augmentée et on y a ajouté un nombre important d’agrès. Le groupe présenté vient d’un parc zoologique écossais. Il faut savoir que c’est la seule espèce de singes qui est présente en Europe, au niveau du détroit de Gibraltar pour être précis.

    Taïga

    TaïgaJuste après c’est le nouvel enclos des lynx boréaux qui est autrement plus grand que le précédent : plus de deux fois plus grand même s’il est séparé en deux parties communicantes qu’il est possible d’isoler. Ce déménagement a eu lieu au milieu du printemps 2017 et c’est l’autre grand changement qui a été fait dans cette zone. Le GaiaZOO a la particularité d’avoir un lynx leucistique dans son groupe.

     

     

     

    TaïgaAprès ces deux grands enclos, c’est un plus petit qui suit dans la visite, celui des castors, qui est bien sûr majoritairement composé d’eau avec une île entourée par un ruisseau en cascade.

     

     

     

     

     

    TaïgaOn accède ensuite à un point de vue en hauteur entre les enclos des macaques et des lynx boréaux qui permet d’avoir une belle vue d’ensemble sur les enclos.

    Taïga

     

     

     

     

     

     

     

     

    TaïgaOn reste dans la faune européenne avec le glouton dans un enclos tout en pente, traversé par un cours d’eau et dont la partie centrale est fort boisée.

     

     

     

     

     

     

    TaïgaLa suite nous mène à l’enclos des bœufs musqués, en forme de croissant, constitué d’une colline herbeuse dans toute sa longueur et partiellement entouré d’eau.

     

     

     

     

     

    TaïgaJuste derrière c’est un grand enclos terreux avec un point d’eau qui abrite un troupeau de rennes avec un nouveau mâle arborant de beaux bois sur sa tête.

     

     

     

     

     


    TaïgaEn suivant le sentier, on arrive à un nouveau point de vue sur l’enclos des gloutons, ce qui termine la première partie de la « Taïga ».


     

     

     

     

     

    TaïgaLa deuxième partie commence avec une volière où sont présents des corbeaux, des cigognes noires et des hiboux grands-ducs.

    Taïga

     

     

     

     

    Taïga

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le loup gris, une des espèces phares de la zone, occupe un grand enclos en deux parties. La première, bien vallonnée, offre un petit point de vue pour les enfants tandis que la seconde est bien plus boisée.

    Taïga

    Juste en face se trouve un enclos abritant bon nombre de ratons laveurs et de moufettes. Il contient un très grand tas de branchages, pas mal d’arbres qui servent parfois de lieux de sieste pour les ratons laveur.

    Taïga

    Taïga

     

     

     

     

     

     

     

    Deux volières se suivent ensuite avec la particularité de présenter des animaux qui ne sont pas originaires de nos contrées mais sont désormais visibles chez nous suite aux abandons des gens comme les perruches ondulées, les perruches Alexandre, etc. Ces volières clôturent la deuxième partie de la Taïga.

    TaïgaTaïga

    Taïga

    TaïgaTaïga

    Taïga

     

    TaïgaTaïga

    Taïga

     

    TaïgaTaïga

    Taïga

    Cette dernière partie commence par la volière de contact européenne qui nous présente les espèces de vautours vivant en Europe ainsi que divers anatidés et d’autres oiseaux comme des rolliers, des avocettes et… des pigeons ! La volière se compose de pas mal de rocaille mais aussi de point d’eau pour les anatidés et même quelques cascades.

    TaïgaTaïga

    Taïga

    Taïga

    Taïga

    Taïga

    TaïgaTaïga

    Taïga

    TaïgaTaïga

    Taïga

    TaïgaEn quittant la volière, on poursuit le chemin pour arriver devant le premier enclos d'une espèces emblématiques des steppes asiatiques avec les chameaux d'abords.


     

     

     

     

    Quelque peu coincé entre ces herbivores, on arrive à l'enclos des cigognes blanches et des grues cendrées qui sont présentées dans un envirronement boisé et marécageux.

    TaïgaTaïga

     

     

     

     

     

     

     

     

    TaïgaL'autre grands herbivores des steppes présentés est le cheval de Przewalski dans un grand en pente herbeuse.

     

     

     

     

     

     

    TaïgaOn aperçoit ensuite les derniers enclos, dont celui les loutres européennes, une rivière qui descend en cascade en plusieurs parties bien séparables si besoin.

     

     

     

     

     

    Le dernier enclos est celui des pandas roux et des muntjacks de Reeves qui est en pente bien boisée et se termine en bas par un étang assez grand où l'on verra des cygnes nains et des tadornes de Belon.

    Taïga

     

    TaïgaTaïga


    votre commentaire
  • Le panda géant (Ailuropoda melanoleuca) est l'espèce d'ours la plus menacée devant l'ours à lunettes sud-américain (environ 1600 pandas contre 2000 ours à lunettes). C'est le symbole de la protection animale et depuis plusieurs années, il également devenu une arme diplomatique par la Chine.

    Le panda géant

     

    Physique

    Le panda géant

    Le panda géant est un ours "moyen" en effet, en terme de longueur, il fait entre 1,40m et 1,90m de long. Son poids varie entre 70kg pour une femelle et peut aller au-delà des 150kg pour un mâle. Il est ainsi le 3ème ours le plus petit.

    Il possède comme le panda roux des poils sur les plantes de pattes pour faciliter l'escalade et la descente.

    On le distingue bien évidement à son pelage noir et blanc, mais une sous-espèce a été découverte en 2005 avec un pelage ventrale brun.

    Le panda possède la particularité d'avoir une déformation osseuse au niveau du poignet qui ressemble à un "pouce" et qui lui permet de mieux saisir le bambou pour le manger.

     

    Alimentation


    Le panda géantIl est bien connu que le panda se nourrit essentiellement de bambou et en quantité ! (souvent plus de 15kg par jour) Dans les parcs animaliers, les individus ont même des variétés préférées spécifiques. Cependant comme vous pouvez le voir, le panda possède la même dentition que les autres ours avec des canines bien développées. Il lui arrive d'un peu diversifier son alimentation (insectes, fruits, etc.)

     

     

     

     

     

     

    Distribution et Habitat

    Le panda géantLe panda vit en Chine uniquement dans une aire de répartition morcelée dans le centre de la Chine. Il vit dans des forêt d'altitude entre 1800 et 3500 mètres (et parfois un peu plus de 4000m).

    On va retrouver le panda dans des forêts soit de feuillus, soit de conifères mais avec bien sur une grande concentration de bambous présent.



    Statut de protection


    Le panda géantLe panda a vu son statut passé de en danger à vulnérable car sa population a augmenté pour atteindre 1600 individus sauvages environ. Il n'empêche que ce nombre est malgré tout faible par rapport par exemple au 200 000 ours bruns recensé dans le monde.

     

     

     

     

    Où le voir ?

    Le panda géantEn Belgique : Pairi Daiza

    En France : Zooparc de Beauval

    Aux Royaume-Uni : Edinburgh Zoo

    En Autriche : Zoo Wien

    En Espagne : Zoo-aquarium de Madrid

    Bientôt au Pays-Bas : Ouwehand Dierenpark Rhenen

     

    Sources

    http://www.futura-sciences.com/

    http://www.ursides.com/

    http://www.manimalworld.net/

    http://www.universalis.fr


    votre commentaire
  • On commence la viste du GaiaZOO par l'Afrique avec le biotope de la savane qui est un des 3 mondes présentés par le parc.

    SavannaOn commence par un animal finalement classique: le lion. Dans l'enclos on verra une troupe composée d'un mâle et de trois femelles. Il y a eu une naissance de trois petits en juin 2016.

    Savanna

     

     

     

     

     

     

     

     

    Savanna

     


    SavannaEn face des lions, se trouve le premier enclos de suricates (l'espèce de Timon, le meilleur ami de Pumba et Simba dans le Roi Lion). Le groupe est d'une taille assez importante et se montre fort actif.

     

     

     

     

     


    SavannaOn poursuit la route et c'est un grand enclos qui abrite un félin discret et timide : le guépard, le sprinteur de la savane. Les individus présents ne sont pas les plus actifs qui soient. Ils sont souvent en train de faire la sieste dans leur abri.

     

     

     

     

     

    Le parcours continue et sur la gauche un autre enclos assez grand apparaît, c'est le dernier prédateur de ce monde: le lycaon. C'est un canidé qui vit en meute plus ou moins importante, il ne sont pas courants en parc animalier. La meute présente ici est relativement active par moment, notamment lors du nourrissage.

    Savanna

     

    En face c'est la première plaine qui s'offre à notre regard, c'est la plus grande des deux plaines. Elle est composée d'ongulées comme le grand koudou.

    SavannaSavanna

     

     

     

     

     

     

     

     

    SavannaIls partagent la plaine avec également des springboks l'emblème du XV d'Afrique du Sud avec quelques individus.

     

     

     

     

     

    SavannaIl y a une autre espèce d'antilope présente dans la plaine : le damalisque à front blanc qui est aussi appelé blesbok. Elle est plus méconnue et discrète mais encore relativement courante dans les parcs animaliers.

     

     

     

     

    SavannaEnfin la dernière espèce de cette plaine est la girafe de Rothschild qui bien que fort menacée est assez courante dans les parcs animaliers. Elles sont souvent dans le fond de la plaine.

     

     

     

     

     

    SavannaAvant d'aller vers la seconde plaine africaine, il y a une petite zone qui est le refuge pour deux espèces plus petite que les dernières de la plaine par exemple. Il y a d'abord le second enclos des suricates.

     

     

     

     

    SavannaL'autre enclos est celui des damans des rochers, il s'agit en vérité d'un cousin des éléphants (oui oui !). Ils aiment monter sur les flancs de rochers de leurs enclos pour ne pas bouger.

     

     

     

     

     

    SavannaOn arrive donc à la seconde plaine qui est plus petite et occupée par des zèbres de Hartmann qui se reconnait entre autres à ses grosses rayures sur l'arrière quand le reste du corps en a des plus fines. Ils sont en cohabitation avec des rhinocéros blancs (photo non-disponible).

     

     

     

     

    La dernière espèce de ce monde est un peu excentrée car elle se trouve en fait collée à un autre monde. Il s'agit des otocyons qu'on nomme parfois aussi renard à oreilles de chauve-souris car leurs oreilles sont en effet si grandes qu'elles font penser à celle des mammifères volants ! Le groupe qui occupe l'enclos est parfois en train de faire la sieste mais ils aiment aussi parcourir leur enclos pour trouver des insectes ou petits animaux à manger comme casse-croûte.

    Savanna


    votre commentaire
  • Espèces (4/5)

    Le Zoo présente une belle collection zoologique. Il y a du classique comme les lions, tapirs, chameaux ou encore les pandas roux; mais il y a également du moins classique comme les lycaons, les mangoustes brunes ou les hippopotames nains.

     

    Enclos (4,5/5)

    Il sont tous très bien dans l'ensemble, bien décoré et avec des idées pour les enrichissements. Ils pourraient justes pour certains être un peu plus grands. Mention spéciale pour les lycaons ou les guépards.

     

    Infrastructures (4/5)

    Les chemins globalement en dur mais pas tous. Les toilettes sont bien réparties et le point de nourriture est central. Certaines pentes sont un peu difficiles.

     

    Note globale : 12,5/15

     

    Coup de <3 : Lycaons, Panda Roux, lynx


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires